Pour un cercle de soins : groupe de soutien et trousse d’outils adaptés à la réalité

Une trousse d’outils dirigée par des femmes autochtones et adaptée à leur culture pour les proches aidants autochtones de personnes atteintes d’un trouble neurocognitif.

Qui pourrait bénéficier de la lecture de cette stratégie?

  • Les proches aidants autochtones de personnes atteintes d’un trouble neurocognitif qui pourraient bénéficier de la trousse d’outils
  • Les personnes et les organismes communautaires qui souhaitent partager le cercle de soins avec leur collectivité ou les clients qu’ils servent
  • Les personnes et les organismes intéressés à utiliser les leçons apprises et les ressources recommandées pour créer ou modifier un programme semblable.

Consultez la section Avant de commencer pour connaître les connaissances fondamentales qui seront utiles à toute initiative communautaire sur la démence.

Informations clés

Pour qui ce projet a-t-il été conçu? Les proches aidants autochtones de personnes atteintes d’un trouble neurocognitif

Organisation responsable: Association des femmes autochtones du Canada (AFAC)

Partenaires du projet: Université Laurentienne, Centre Schlegel de soins avancés pour personnes âgées, Canadian Remote Access for Dementia Learning Experience (CRADLE), Dre Jennifer Walker (Université McMaster), Dre Danielle Alcock, Nunavut Inuit Women’s Association (Nord), Six Nations (Sud), agents de liaison communautaires en Saskatchewan (Ouest) et au Nouveau-Brunswick (Est)

L'état du projet: complet

Contacter l'équipe:

L’Association des femmes autochtones du Canada

Historique du projet

Contexte:

Au sein des collectivités autochtones, les soins sont fournis généralement à domicile. L’Association des femmes autochtones du Canada a reconnu que même si la prestation de soins peut être gratifiante, les proches aidants autochtones de personnes atteintes d’un trouble neurocognitif ont des besoins et des défis uniques. L’initiative Pour un cercle de soins a mobilisé les partenaires communautaires et les aînés des Premières Nations, des Métis et des Inuits afin d’élaborer et de mettre à l’essai une trousse d’outils adaptée à la culture et aux traumatismes pour que les proches aidants comprennent mieux les troubles neurocognitifs, les stratégies pour prendre soin de soi et les approches permettant d’établir un réseau de soutien et qu’ils soient mieux sensibilisés à ceux-ci.

Objectifs:

Ce projet visait à améliorer le bien-être social, cognitif, émotionnel, physique et spirituel des femmes autochtones, des proches aidants bispirituels, transgenres et de diverses identités de genre de personnes atteintes d’un trouble neurocognitif en :

  • Sensibilisant le public aux stratégies d’adaptation qui favorisent le bien-être des proches aidants et réduisent le
  • stress et en augmentant la connaissance de celles-ci
  • Sensibilisant le public aux troubles neurocognitifs et en améliorant la compréhension de ceux-ci
  • Sensibilisant le public aux facteurs de risque liés aux troubles neurocognitifs et en augmentant la connaissance de ceux-ci
  • Améliorant la capacité des proches aidants à comprendre les besoins des personnes atteintes d’un trouble neurocognitif et à y répondre
  • Sensibilisant le public aux symptômes potentiels des troubles neurocognitifs et en augmentant la connaissance de ceux-ci

 

Événements marquants et réalisations notables:

  • Vastes consultations avec les collectivités participantes
  • Création d’une fiche d’information sur les troubles neurocognitifs (en anglais et en français) et d’une ressource sur les soins que vous apportez à un être cher atteint de troubles neurocognitifs (en anglais et en français)
  • Création d’une trousse d’outils qui répond aux besoins uniques des proches aidants autochtones des personnes atteintes d’un trouble neurocognitif
  • Création et mise en œuvre de cercles de partage virtuels pour mettre à l’essai la trousse d’outils auprès des proches aidants et déterminer les points à améliorer
  • Participation à un webinaire public et à deux épisodes du balado Dementia Dialogue (en anglais) sur le projet. (Épisode 62, Épisode 63)

Impact

Résultats du projet:

Plus de 80 % des proches aidants qui ont examiné la trousse d’outils et participé au cercle de partage ont signalé une augmentation de leurs connaissances et/ou de leurs compétences.

Les proches aidants ont signalé :

  • Une amélioration de leurs connaissances sur les troubles neurocognitifs
  • Une amélioration des niveaux de soutien
  • Une diminution du sentiment d’isolement

 

Connaissances

Leçons apprises:

  • La présence d’une gardienne du savoir pendant les cercles de partage s’est avérée une approche inestimable pour créer un espace confortable et adapté à la culture afin que les participants partagent leurs expériences.
  • L’engagement avec les collectivités autochtones devrait impliquer le soutien des aînés ou des gardiens et gardiennes du savoir qui devraient être rémunérés pour leurs contributions et leur expertise, à la fois en guise de remerciement et au cours du processus continu de réconciliation.
  • Les honoraires, les incitatifs et d’autres formes de rémunération financière peuvent améliorer le recrutement et l’engagement des participants et les remercier d’avoir partagé leur temps et leurs expériences vécues pour améliorer une ressource.
  • La traduction des documents dans des langues autochtones est un investissement appréciable. Cela est important pour bien des raisons, notamment au cours du processus continu de réconciliation et pour améliorer l’accès à la ressource et son utilisation dans les collectivités où l’anglais n’est pas la langue la plus parlée.
  • L’intégration d’éléments d’évaluation dans les activités de groupe peut aider à inciter les participants à formuler des commentaires, plutôt que de leur demander de le faire par eux-mêmes après la fin de la séance.

Ressources recommandées:

L’équipe qui a élaboré cette initiative a déterminé plusieurs ressources utiles, notamment :

De nombreux établissements postsecondaires et organismes communautaires ont des politiques et des lignes directrices pour travailler avec les aînés et les gardiens du savoir, notamment :

Le présent projet a été produit grâce à la contribution financière de l’Agence de la santé publique du Canada. Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement celles de l’Agence de la santé publique du Canada.

Retour en haut